“The key to internationalize: test, observe, and act fast” Alexandre Fitussi – Country Manager of Glovo

NUMA Paris Scale Hub is NUMA’s new program to help non-French companies scale in the French market, in partnership with Station F.
This is the first of a series of articles about non-French startups who’ve decided to launch their products or services in France.

“Anything you want. Delivered in minutes” Glovo ’s slogan doesn’t need much explanation, does it?

This Spanish startup was founded in March 2015 by Oscar Pierre and Sacha Michaud in Barcelona. Since then, they’ve raised $7,8M in 3 rounds, and have managed to keep a double-digit growth for the past 24 months. After a hyper-growth in Spain, the Barcelona-based startup decided to scale internationally in Italy and France.

Alexandre Fitussi is Glovo’s Country Manager in France. Graduate from HEC business school, he joined the startup in August 2016 after a few years working in investment banking and Uber in London.

Why France?

France was an obvious choice, as Paris is one of the largest cities in Europe, with a population that has a strong purchasing power. The on-demand delivery market is growing so rapidly here. Besides, Paris and Barcelona are very close and it is extremely convenient to move from one city to the other.

At the same time, we launched in Italy. This was interesting for us because it allowed us to make crucial observations and test different strategies in these new markets.

What was the first step when you arrived in France?

The most important thing when internationalizing is: test, observe and act fast. These steps are extremely important as they will be necessary to make the right decisions for further developments.

We know that every country has its specificities, and we needed to know what were French users’ behaviors, habits, etc.

So, what is specific about the French market?

Well, first of all, we observed that French users were ordering a lot of stuff from supermarkets. This was not the case in other markets. We decided to focus on this segment and signed a partnership with Franprix. This has helped us a lot in our growth.

We were also surprised to see that French users don’t make reviews. When they do it, it’s usually a bad review because something went wrong. But they rarely make good reviews when all went well.

Funnily, we also discovered new use cases that we hadn’t imagined. In Paris, there are many fancy restaurants which have huge queues to get in, because you can’t make bookings in advance. The most famous example is Big Mamma [which, by the way, will be opening a HUGE restaurant in Station F in a few months]: you queue, they put your name on a list and you come back one or two hours later. So, one day, someone asked a Glovo courier to queue for him. And then the guy just showed up without queuing. Now, we have Glovo couriers making queues instead of people all over Paris.

What were your biggest challenges in France?

Surely, it was recruitment. When you have such a small team, every person you recruit is extremely important. And making the bad decision can cost you a lot of time and money.

My first advice is to take your time. It’s better to take time during the recruitment to make sure you have the best person than to make a quick decision and regret it.

Having a network is also hugely important. It’s much easier to find a person fit for the job in your network because it’s usually people you can trust.

Another big concern was how to find couriers for the deliveries? On the one hand, if you have orders, but no one to make the deliveries, your startup will crash immediately. On the other hand, if you have plenty of couriers but no orders, they will let you down quickly.

So we decided to guarantee payments for the couriers during the first six months. Then, when the orders became more regular, we switched to a pay-per-delivery model.

What is a good team to start with?

Obviously, this will be specific to each industry and startup. But for us, in the delivery market, we needed an Operations Manager and a Fleet Manager. These were essential. Then , I recruited a Marketing Manager and Sales. We’re currently seven people and we’re looking for two other persons: in sales and in marketing.

What was the key moment for Glovo’s development in France?

We were contacted by the TV show Capital in December. They were making a film about delivery startups in France. When the show aired, mid-December 2016, the figures went crazy. It was a great opportunity for us.

What were the metrics when you started and what are they now?

When we launched in June 2016, it started slowly with a few friends’ orders. Word of mouth worked well and by September we had 20 deliveries per day. Now, we have 70,000 clients in Paris and we receive 1000 daily orders, so it’s growing really fast.

What is your goal for the upcoming months?

Today, the French market represents 5% of our total revenue. We want to make it 50% by next year! Ambition is the key to success.

Partagez :

Partagez :

NUMA will support 6 international startups to scale in France at Station F!

Station F has officially opened its doors! We’re thrilled to start this exciting new partnership with Station F and can’t wait to help companies succeed in their French expansion.

France has made it! A decade of efforts has turned the country into one of the most dynamic and uprising startup places in the world. The opening of Station F is yet another sign of a digital French Revolution.

Companies from all over the world now consider France as an startup-friendly country with a thriving VC scene (Point Nine Capital announced a $75M fund focused on France), some top-notch coworking (WeWork opened its first office in the heart of Paris recently), world-class startup events (VivaTech’s 2nd edition was a huge success), etc.

NUMA Scale Hub: a hub for international startups to grow in France

Six startups will join NUMA Scale Hub at Station F, coming from all around the world: India, Mexico, US, and UK.

We will host three startups from the French Tech Ticket, French Tech’s successful initiative to attract foreign entrepreneurs in France:

  • Bitwage: Remote Job Placement and Wage Management Solutions for Overseas Workers.
  • Sorry as a Service: Sorry As A Service platform helps companies when a customer complaints or has an issue and suggests actions to rebuild the relationship.
  • JetPack Data: JetPack Data proposes an intuitive data analytics and visualization platform geared for ‘the common man’.

Besides, we are welcoming three startups from Mexico, part of the Bridge To Paris, a France-Mexico cross-border program sponsored by the National Entrepreneur Institute, the Franco-Mexican Chamber of Commerce and Industry and the Mexico France Council on Entrepreneurship and Innovation:

  • Collective Academy: Collective Academy is an academic institution rethinking higher education.
  • Totonal: a market place for responsible and tailor-made travel experiences.
  • Samaya: a SaaS company to help organization better organize their sales processes.

We will announce more startups joining soon!

Internationalization as a Service

NUMA Scale Hub will provide an intensive scaling method to selected startups, including support from Google, which has been a strong partner to NUMA Paris’ startup ecosystem since 2013. They will be supporting the initiative through access to market analysis and product expertise, and will share its extensive experience of helping startups to scale.

Besides that, the resources will include business development consulting with in-house experts and business intros to our corporate clients, growth marketing strategy, accounting and incorporation in France with LPG Group, legal advice from Alan Walter, recruitment consulting with Urban Linker, and a roadshow to French and European investors.

And now… Time to scale!

Partagez :

Partagez :

J.O : quel impact pour les startups ? L’exemple de Rio 2016

Depuis mai 2016, NUMA et Algoé ont pour mission d’accompagner la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024 afin d’y inclure l’écosystème de l’innovation. À travers l’appel à projets Smart Paris 2024, notre ambition était de faire émerger des startups afin de proposer une candidature innovante, inclusive… Et gagnante.

En août 2016, nous décision fut prise de partir à Rio de Janeiro pour observer les premiers JO du continent sud américain et interroger les acteurs de l’écosystème startup carioca afin de voir comment les Jeux Olympiques les avaient impacté – positivement ou non.

En 3 semaines, nous avons rencontré plus de 50 entrepreneurs, investisseurs, étudiants, freelances… Nous avons visité incubateurs, accélérateurs, et espaces de coworking. Le constat fut souvent – si ce n’est toujours – le même : les J.O ne profitent qu’aux gros. Pourtant, si cette conclusion n’a rien de surprenant, nous avons déniché quelques initiatives salutaires pour les startups brésiliennes et internationales.

Afin de faire de Paris 2024 les premiers J.O inclusifs pour tous les acteurs de l’économie, il nous a semblé important de mettre en lumière ces projets et d’éviter les erreurs commises au Brésil. À l’heure où circulent des images de complexes sportifs abandonnés, montrons que les J.O peuvent avoir un impact positif sur l’écosystème startup.


Présentation Slideshare

L’initiative Innovation Games dans la presse :

Nous tenons à remercier la MAIF qui nous a accompagné dans la réalisation de ce projet, et qui soutient depuis plusieurs années le développement de startups de l’économie collaborative, ainsi que NUMA.

 

Partagez :

Partagez :

Selecteev: how a startup accelerator used years of experience to build the ultimate startup selection tool

This is the story behind Selecteev: a startup selection tool that we developed based on our own experiences.

Why did we develop Selecteev? Since launching France’s first startup acceleration program back in 2011, we have received more than 5000 applications from all around the world. As I speak, NUMA runs 6 accelerators worldwide: Paris, Bengaluru, Casablanca, Moscow, Mexico City and Barcelona. Running a successful startup acceleration program has nothing to do with magic. It is first and foremost about selecting the best startups. “How do you select your startups?” is always the very first question our partners, investors and competitors ask us when we meet.

Though there is no recipe, here are a few tips that we have learned about startup selection over the years:

DISCOVER OUR TIPS FOR STARTUP SELECTION

 

Partagez :

Partagez :

NUMA et la Mairie de Paris lancent la deuxième édition de DataCity

À l’occasion du Forum Cities for Life, nous lançons la deuxième édition de DataCity, le programme d’Open Innovation autour des enjeux de la Smart City.

Qu’est-ce que DataCity ?

DataCity est un programme qui réunit acteurs industriels, startups, et autorités locales pour relever ensemble des challenges afin de rendre la ville plus intelligente, et plus agréable à vivre pour ses citoyens grâce aux données. DataCity s’articule autour de plusieurs étapes, pour une durée totale de 10 mois :

  • Première étape : identification des challenges | Cette étape consiste à identifier les challenges avec les autorités locales et les partenaires industriels. Ces défis, auxquels devront répondre les startups sélectionnées, concernent des sujets clés pour l’avenir de nos villes, et pour l’amélioration de la qualité de vie de ses habitants : bâtiments intelligents, énergie, logistique, déchets, flux (voir le détail des challenges).
  • Deuxième étape : appel à projets startups | Une fois les challenges rendus publics, NUMA et ses partenaires sélectionnent des startups capables d’y répondre par des solutions concrètes. DataCity constitue pour ces startups une opportunité unique de travailler directement avec des partenaires industriels clés, ainsi qu’avec des autorités locales, et d’accéder à des données rarement partagées.
  • Troisième étape : expérimentations des projets retenus | Enfin, les startups sélectionnées expérimentent leurs solutions sur le terrain, notamment grâce aux données des partenaires, à l’accès au réseau d’experts de NUMA, au soutien de la Ville de Paris, et à un financement de 10K€. À l’issue de l’expérimentation, les startups et les partenaires ont la possibilité de développer ensemble des offres de services ou des produits, comme ce fut le cas lors de la première édition pour 3 projets.

Challenges Smart City

La deuxième édition de DataCity qui débute ce 22 novembre ambitionne de sélectionner neuf startups pour répondre à onze challenges et bénéficier de l’expertise et des données de neuf partenaires industriels clés : Bouygues Energies & Services, EDF, Cisco, Nexity, La Poste, RATP Dev, Setec, SFR, et Suez. Les données qu’ils s’engagent à mettre à disposition des startups sont inédites, tant d’un point de vue qualitatif, que quantitatif : géolocalisation, consommation énergétique de bâtiments publics, flux de piétons sur les zones urbaines, horaires de passages de ramassage des ordures… Par ailleurs, les startups recevront le soutien de deux partenaires techniques afin d’utiliser au mieux ces données : Ekimetrics, et Sigfox.

“En rendant concrètes les collaborations entre startups et grands groupes, les expérimentations auprès des citoyens, la consultation des pouvoirs publics, NUMA joue son rôle de plateforme d’innovation en faisant le pari de la diversité.”

Marie-Vorgan Le Barzic, fondatrice et CEO de NUMA.

En parallèle du lancement de la 2ème édition parisienne, NUMA a décidé d’étendre le programme à l’international. DataCity a déjà démarré à Casablanca, et verra le jour dans d’autres villes du monde prochainement. “Partout, nous gardons cette conviction : les villes intelligentes de demain seront celles qui sauront conjuguer les intelligences de leurs habitants” affirme Marie-Vorgan Le Barzic.
C’est aujourd’hui la raison d’être de NUMA : être l’artisan de l’économie de demain, qui place l’humain au coeur de son développement.

SITE OFFICIEL

Partagez :

Partagez :

[Innovation Games] Cher écosystème #2

Après 3 jours à Rio, Tristan et Roman livrent leurs premières impressions.

Cher écosystème,

Depuis 3 jours en terre carioca, il est clair qu’ici c’est plus pec’ que tech. Rio est a priori le seul endroit de cette planète où le slip de bain est le mode vestimentaire privilégié à la plage et où il est nécessaire de préciser qu’il est de bon ton d’être habillé dans l’ascenseur.

Ceci dit, la ville est sur son 31. Dès notre arrivée, l’impression est bonne : l’aéroport est impeccable et première innovation aéroportuaire de taille : le sourire, l’accueil est splendide ! L’aéroport d’une ville hôte des Jeux olympiques, la veille d’une cérémonie d’ouverture, consiste en un slalome entre les délégations de gymnastes ukrainiens, de cyclistes chinois et de boxeurs azerbaïdjanais.

COCORICO, NOUS SOMMES FIERS DU CLUB FRANCE!

Au sein d’un club hippique au pied du Cristo Redentor (et non pas Corcovado qui est le nom de la montagne !) c’est un superbe lieu qu’a réservé le CNOSF. Découvert pour assister à la Cérémonie d’ouverture, nous sommes agréablement surpris par la présence de nombreux locaux, la communauté française expatriée bien entendue mais aussi beaucoup de Brésiliens et Brésiliennes.

BRÉSIL-FRANCE, UNE HISTOIRE DE <3

Également présent au Club France, le Président de la République a passé un beau message. Passionné de sport, François Hollande était dans son élément. Il a apporté un soutien absolu à la candidature de Paris 2024 dans un esprit d’union (“Merci à Anne Hidalgo, merci à Valérie Pécresse”) oubliant toutefois de mentionner notre plateforme Smart Paris 2024 visant à recueillir des propositions de projets pour les Jeux à Paris en 2024. Sans rancune.

Côté brésiliens, nous avons été agréablement surpris de la popularité du Club France auprès de la population locale venue en masse regarde la cérémonie d’ouverture. Nous étions ce soir-là the place-to-be.

La Cérémonie d’ouverture a d’ailleurs bien exprimé l’ambivalence du sentiment brésilien à l’égard de ces Jeux. Le public, au stade comme au Club France, a alterné entre moments d’allégresse et hués acerbes contre Michel Temer(aire).

Os jogos são abertos et nous, nous filons danser à Lapa !

Abraços,
Roman & Tristan

Partagez :

Partagez :

[Innovation Games] Citius, Altius, Fortius… Technologicus ?

Plus vite, plus haut, plus fort. Sans surprise, la devise Olympique s’applique aussi aux technologies qui font tourner la machine olympique. Le coût global de l’IT à Rio atteint presque 1,5 milliard de dollars soit 20% du budget global. Au service de la performance des athlètes ou au service de l’expérience des spectateurs, voici un bref aperçu des technos autour de l’évènement.

Le Centro de Operações Rio (COR) est en charge d’assurer la sécurité en suivant l’activité de la ville 24/7. Le centre s’appuie sur des solutions bien connues du grand public comme Google Maps et Waze. Le COR recueille également les images de 560 caméras installées dans toute la ville dont 4 caméras volantes WAMI (Wide Area Motion Imagery), utilisée jusqu’ici uniquement par l’armée américaine, et qui permettent de fournir une image en temps réel de la ville entière. Toutes ces données sont analysables dans la salle de contrôle sur un pan de mur vidéo de 80m2… Pas encore Minority Report mais on s’en approche !

Deuxième poumon du dispositif Rio 2016, le Centro de Operações Tecnológicas (TOC) a en charge le contrôle de l’ensemble des technologies directement en lien avec les épreuves et les infrastructures olympiques. Pour la première fois de l’histoire des Jeux, la gestion de ces data sera assurée en cloud ce qui réduit drastiquement les besoins en serveurs. A titre de comparaison, London 2012 a requis plus de 700 serveurs, il n’y en aura que 250 sur l’Olympiade carioca.

Outre le cloud, la réalité virtuelle fait son entrée dans le game. OBS (Olympic Broadcasting Services), responsable de la production et diffusion des images sur Rio 2016, va pour la première fois produire des images HD en VR qui seront diffusées par NBC, le diffuseur américain. On parle de 85 heures de programme et celles-ci ne seront visibles que sur les appareils Samsung et uniquement pour les abonnés à NBC… Il faudra attendre Tokyo 2020 pour en voir un usage massif !

Sur les arènes olympiques, les 4000 points de ventes sont équipés en NFC. Visa a distribué près de 3000 bracelets et même des ‘bagues de paiement’ à une quarantaine d’athlètes – une bonne façon de tester un nouveau produit et voir les usages qui en découlent !

On connaît la tendance du tout connecté (exemple : la brosse à dent interactive), on trouvera donc quelques initiatives dans cette lignée :

  • Un GPS embarqué dans les canoës-kayaks qui permet aux spectateurs de suivre en temps réel la position des athlètes et leur vitesse.
  • Une cible connectée au tir à l’arc permet de donner aux juges les résultats immédiatement. En cas de doute, le dispositif permet de mesurer la distance séparant les flèches du centre et de désigner un vainqueur.
  • Dans le même genre, en pentathlon moderne, les athlètes font du tir au pistolet (laser) et sont désormais équipés d’une application leur indiquant, ainsi qu’à leur coach, la position exacte de leur tir.
  • Un compteur électronique est installé dans les lignes d’eau sur les longues distances de natation (800m, 1500m) pour rappeler aux nageurs la distance déjà parcourue.

Cette 31ème édition des Jeux olympiques sera donc résolument connectée. Mais pour répondre aux besoins technologiques d’un événement d’une telle ampleur, difficile pour les startups de se faire une place. Une idée pour Paris 2024 ? D’autant que Thomas Bacha récemment déclaré son amour pour les nouvelles technologies.

Partagez :

Partagez :

[Innovation Games] Les innovations dédiées à l’expérience spectateur et visiteur

Tandis que l’Euro a fait vibrer la France et que les Jeux Olympiques débutent bientôt à Rio, NUMA profite de cet été sportif pour s’intéresser aux innovations dans le domaine du sport.
Le cycle d'événements [Innovation Games] vous invite à rencontrer les innovateurs et entrepreneurs qui transforment notre expérience des évènements sportifs.

Quelle sera l’expérience des spectateurs d’événements sportifs à l’avenir ? À quoi ressembleront nos stades ? Nous avons souhaité répondre à ces question avec une table-ronde d’experts et  :

  • Alexandre Armange, co-fondateur et CCO de DigiFood.
  • Andre Lorenceau, CEO de LiveLike (TechStars’15);
  • Julien Grimaldi, Directeur Associé de BETC, en charge de la campagne JO Paris 2024.

Les stades enfin connectés ?

Quoi de plus frustrant que de rater un but, une occasion, une action, en attendant à la buvette du stade ? Les fondateurs de Digifood ont décidé de tacler le problème. L’application lancée par Alexandre Armange et Ronald Gautruche permet aux visiteurs d’enceintes sportives de se faire livrer un repas directement à leur place. La startup a gagné de nombreux prix, dont le concours Fundtruck et la BFM Academy. “Aucun restaurant ne peut se vanter de servir 80 000 personnes dans la même soirée” déclare Alexandre.

Au-delà de la restauration, c’est toute l’expérience dans les enceintes sportives qui doit être repensée à l’heure de l’hyper connectivité. Alors que les consommateurs d’aujourd’hui veulent partager leurs expériences en permanence, les stades de l’Hexagone accusaient un certain retard en matière de connexion à internet. “L’Euro 2016 a permis d’améliorer considérablement la connectivité des stades, et ce durablement” analyse Alexandre. Une nécessité pour Digifood, mais aussi pour l’utilisation de réseaux sociaux dans les stades, ainsi que pour favoriser la naissance de nouveaux usages. L’application Vogo, par exemple, permet aux spectateurs de visionner les compétitions avec un angle différent ou profiter de ralenti pendant le match.

Le stade à la maison

Si les stades doivent impérativement améliorer l’expérience de leurs visiteurs, c’est que l’expérience de visionnage des événements sportifs est en train de changer radicalement. “Avant d’être en concurrence avec les autres stades, le Stade de France est en concurrence avec la télévision” déclarait récemment Philippe Auroy, DG du Stade de France. Une récente étude réalisée pour Vinci Stadium montrait que 58% des équipés smartphones regardant un match consultent un 2nd appareil pour avoir des compléments d’informations. Et l’arrivée des casques de réalité virtuelle dans nos salons va accentuer la tendance.

André Lorenceau est le fondateur de LiveLike. Son concept est simple : vous transporter au stade grâce à un casque de réalité virtuelle. On peut choisir son angle de vue (à côté de l’entraineur, assis dans un box VIP dans le stade, ou directement sur le terrain…). Qu’en est-il de l’expérience social du sport ? “Grâce à LiveLike, vous pouvez regarder n’importe vos événements sportifs avec vos amis où qu’ils soient sur la planète”. LiveLike a remporté le prestigieux prix 1st and Future de TechCrunch.

Vidéo LiveLike TechCrunch 1st and Future

Digifood et LiveLike ne sont que deux exemples, mais ils sont la preuve que les concepts foisonnent en matière d’innovation et de nouvelles technologies appliquées aux grands événements sportifs, à l’intérieur et à l’extérieur des stades.

Partagez :

Partagez :

Innovation Games |Smart Marketing : bonnes pratiques de l’Euro 2016

Tandis que l’Euro a fait vibrer la France et que les Jeux Olympiques débutent bientôt à Rio, NUMA profite de cet été sportif pour s’intéresser aux innovations dans le domaine du sport.
Le cycle d'événements [Innovation Games] vous invite à rencontrer les innovateurs et entrepreneurs qui transforment notre expérience des évènements sportifs.

Pour cette deuxième rencontre sur le sport et la tech, notre regard s’est porté sur les enjeux marketing autour des grands évènements sportifs au sortir de cet Euro 2016.

Nous accueillions trois invités, Ludovic Pouilly le responsable marketing et activations chez Coca-Cola de l’Euro 2016 ; Matthieu Faure, le responsable marketing d’Uber France ; et Lennie Stern, la DGA de l’agence de communication Darewin.

Big Business

Pour les marques, l’image de marque – ‘brand love’ dans le jargon Coca-Cola – est un enjeu mais ces évènements sont avant tout de gigantesques opportunités business. Sur cet Euro, ce sont, près de 1.5 millions de visiteurs étrangers et autant de gens à abreuver ou déplacer qui ont visité l’Hexagone.

Test & learn

Ces évènements sont aussi des moments de tests privilégiés pour les marques. On citera notamment :

  • L’initiative de Coca-Cola, en partenariat avec JC Decaux, qui a diffusé en direct les matchs de l’Euro dans les aéroports des villes hôtes ;
  • Coca-Cola avec DigiFood sur la livraison de boisson à votre place dans le stade – initiative sur laquelle nous étions revenus lors du meetup du 11 juillet ;
  • Uber qui, dans le cadre du Festival de Cannes, avait testé UberCopter – entre l’aéroport de Nice et la croisette – et va également le tester à Rio pendant les prochains Jeux Olympiques ;
  • Le service de VTC a également profité de l’Euro pour se lancer à Lens et Saint-Etienne.

Sponsorship, so what?

Darewin a partagé les best & worst practices des annonceurs durant cet Euro.

Lennie est notamment revenue sur la pratique du “newsjacking” qui consiste à communiquer en rebondissant sur l’actualité. L’office du tourisme islandais a par exemple multiplié ses prises de parole durant l’Euro profitant de l’engouement autour de son équipe.

A également été abordée la question du partenariat entre les annonceurs et l’UEFA. Coca-Cola étant partenaire officiel et Uber non, il était intéressant de mettre en perspective les deux approches. Les marques non partenaires étant libres et donc nettement plus réactives que ne peuvent l’être les marques partenaires tenues de respecter des process et guidelines particulièrement abscons.

Cette observation, partagée par les deux annonceurs présents, interroge sur la pérennité du business model d’organisation comme l’UEFA dont le sponsorship représente une part non négligeable de leurs revenus.

En conclusion, le grand vainqueur sur le plan marketing de cet Euro, c’est Twitter : le #Euro2016 aurait généré plus de 150 millions de tweets ! Combien de posts Rio 2016 génèrera sur les réseaux sociaux ?

Article écrit par : Roman Navalpotro

Partagez :

Partagez :

Innovation Games | Smart Experience : innovations dédiées à l’expérience spectateur et visiteur

Tandis que l’Euro a fait vibrer la France et que les Jeux Olympiques débutent bientôt à Rio, NUMA profite de cet été sportif pour s’intéresser aux innovations dans le domaine du sport.
Le cycle d'événements [Innovation Games] vous invite à rencontrer les innovateurs et entrepreneurs qui transforment notre expérience des évènements sportifs.

Quelle sera l’expérience des spectateurs d’événements sportifs à l’avenir ? À quoi ressembleront nos stades ? Nous avons souhaité répondre à ces question avec UNE table-ronde exceptionnelle :

  • Alexandre Armange, co-fondateur et CCO de DigiFood.
  • Andre Lorenceau, CEO de LiveLike (TechStars’15);
  • Julien Grimaldi, Directeur Associé de BETC, en charge de la campagne JO Paris 2024.

Les stades enfin connectés ?

Quoi de plus frustrant que de rater un but, une occasion, une action, en attendant à la buvette du stade ? Les fondateurs de Digifood ont décidé de tacler le problème. L’application lancée par Alexandre Armange et Ronald Gautruche permet aux visiteurs d’enceintes sportives de se faire livrer un repas directement à leur place. La startup a gagné de nombreux prix, dont le concours Fundtruck et la BFM Academy. “Aucun restaurant ne peut se vanter de servir 80 000 personnes dans la même soirée” déclare Alexandre.

 

Au-delà de la restauration, c’est toute l’expérience dans les enceintes sportives qui doit être repensée à l’heure de l’hyper connectivité. Alors que les consommateurs d’aujourd’hui veulent partager leurs expériences en permanence, les stades de l’Hexagone accusaient un certain retard en matière de connexion à internet. “L’Euro 2016 a permis d’améliorer considérablement la connectivité des stades, et ce durablement” analyse Alexandre. Une nécessité pour Digifood, mais aussi pour l’utilisation de réseaux sociaux dans les stades, ainsi que pour favoriser la naissance de nouveaux usages. L’application Vogo, par exemple, permet aux spectateurs de visionner les compétitions avec un angle différent ou profiter de ralenti pendant le match.

Le stade à la maison

Si les stades doivent impérativement améliorer l’expérience de leurs visiteurs, c’est que l’expérience de visionnage des événements sportifs est en train de changer radicalement. “Avant d’être en concurrence avec les autres stades, le Stade de France est en concurrence avec la télévision” déclarait récemment Philippe Auroy, DG du Stade de France. Une récente étude réalisée pour Vinci Stadium montrait que 58% des équipés smartphones regardant un match consultent un 2nd appareil pour avoir des compléments d’informations. Et l’arrivée des casques de réalité virtuelle dans nos salons va accentuer la tendance.

André Lorenceau est le fondateur de LiveLike. Son concept est simple : vous transporter au stade grâce à un casque de réalité virtuelle. On peut choisir son angle de vue (à côté de l’entraineur, assis dans un box VIP dans le stade, ou directement sur le terrain…). Qu’en est-il de l’expérience social du sport ? “Grâce à LiveLike, vous pouvez regarder n’importe vos événements sportifs avec vos amis où qu’ils soient sur la planète”. LiveLike a remporté le prestigieux prix 1st and Future de TechCrunch.

Digifood et LiveLike ne sont que deux exemples, mais ils sont la preuve que les concepts foisonnent en matière d’innovation et de nouvelles technologies appliquées aux grands événements sportifs, à l’intérieur et à l’extérieur des stades.

Partagez :

Partagez :