BBD Energy #3 : Bientôt tous producteurs et vendeurs d’énergie propre ?

Les BBD Energy sont une série de petits-déjeuners consacrés à l’énergie pour échanger, en petit comité et avec des experts, autour des enjeux et des innovations du secteur. Le troisième événement abordait la redistribution des rôles dans le secteur de l'énergie.

Pour traiter cette question, nous avons convié deux intervenants, membres d’entreprises innovantes en ce domaine :

– Emmanuel Soulias, Directeur Général de Enercoop
– François Sonnet de la Fondation SolarCoin

Enercoop, un modèle alternatif aux géants de l’énergie

Enercoop est un fournisseur d’énergie uniquement renouvelable, constitué sous la forme d’une SCIC, une Société Coopérative d’Intérêt Collectif. Enercoop est un ensemble de 10 coopératives, rassemblant producteurs d’électricité verte identifiés et consommateurs, chacune indépendante dans son fonctionnement, le réseau partageant la marque, l’offre, et les valeurs du projet commun : mettre le citoyen au coeur de la transition énergétique, en permettant le lien le plus direct possible entre producteurs et consommateurs.

L’électricité est un marché dérégulé depuis 2007 mais toujours dominé par les acteurs traditionnels, anciens monopoles. Enercoop propose un modèle alternatif, plus local, à un tarif supérieur au réglementé d’environ 15% — représentant donc un engagement citoyen conscient de la part des souscripteurs. La majorité de l’électricité vendue par Enercoop est aujourd’hui d’origine hydroélectrique.

Après 10 ans d’existence, Enercoop a 40 000 clients, dont 90% de particuliers, avec un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2016.
Le tarif réglementé augmentant, et celui d’Enercoop n’ayant jamais évolué depuis sa création, le différentiel se réduit, et la société prévoit 150 000 clients à horizon 2020. Cela resterait une part mineure du marché français mais représenterait pour Enercoop un changement d’échelle notable, nécessitant une transformation interne qu’Emmanuel Soulias a déjà engagée.

enercoop collaboratif numa

Placer le citoyen au coeur de la transition énergétique

La coopérative est détenue à 100% par ses sociétaires, et ne peut pas être rachetée. Sa gouvernance est participative. Il n’y a pas de rémunération d’actionnaires, et les profits sont réinvestis dans le projet, par la création de nouveaux services et de nouvelles coopératives.

Dans les projets à venir, Enercoop souhaite pouvoir intégrer une offre gaz, et début 2017 prolonger son offre de fourniture d’énergie par des services d’efficacité énergétique. La société travaille actuellement sur la relation client, par le biais de projets d’innovation développés en open source pour pouvoir mieux maîtriser les données et assurer la qualité de service.

L’énergie étant un secteur très centralisé et opaque, un acteur alternatif peut-il vraiment s’imposer sur le marché ?

Enercoop vise à la réappropriation citoyenne de l’énergie, avec l’ambition que ce modèle coopératif décentralisé prenne encore plus d’ampleur.
En France, la loi de transition énergétique a été adoptée en août 2015, mais malgré cette dynamique, l’électricité reste à 75% nucléaire. A ses yeux, la transition énergétique a été mal anticipée et c’est le citoyen qui va être mis à contribution (via sa facture ou ses impôts).
Face à cela, Enercoop souhaite porter les intérêts collectifs, et insiste sur l’allocation du profit : c’est de la “consomm’action”, le citoyen sait qui il rémunère, et qui est bénéficiaire de profit.

En France le modèle de coopératives est très peu développé dans le secteur de l’énergie par rapport à d’autres pays comme la Belgique ou l’Allemagne par exemple, il y a donc de vraies opportunités de croissance.

solarcoin monnaie blockchain energie

SolarCoin : augmenter la rentabilité financière des installations solaires pour accélérer leur développement.

SolarCoin est une monnaie qui vise à rétribuer la production d’énergie photovoltaique, en fournissant 1 unité de SolarCoin à tout producteur de 1 MWh faisant partie du réseau et sachant garantir cette production.
Cela permet d’augmenter le retour sur investissement des installations photovoltaïques et vise ainsi à encourager le développement de la production solaire. Actuellement, il y a 7 millions de ces installations dans le monde (source : Agence internationale de l’énergie), ce qui n’est qu’une infime partie du potentiel, en faisant un marché à forte marge d’expansion.

Toute personne qui produit de l’énergie solaire peut enregistrer son installation. Les producteurs de MWh solaires reçoivent leurs Solarcoin sur leur portefeuille virtuel, et sont informés du nombre de SolarCoins dont ils disposent. Ce portefeuille fonctionne comme un compte en banque, avec 2% d’intérêts annuels. Les SolarCoins peuvent être convertis en francs suisses ou euros sur des plateformes dédiées.

Si SolarCoin est à présent focalisé sur l’énergie photovoltaïque, il pourrait envisager à terme une extension vers l’éolien ou l’énergie hydraulique. Solarcoin a également pour projet de livrer des kits solaires dans des pays en voie de développement, projet présenté à la COP22.

La technologie blockchain au service des énergies renouvelables

SolarCoin est une cryptomonnaie, fondée sur la technologie blockchain, qui a été développée avec ElectriCChain.
La blockchain est une base de données décentralisée, disponible sur chacun des points du réseau, qui collecte l’ensemble des informations de production énergétique (à chaque MWh un SolarCoin) et transactions financières. Les informations sont mises à disposition de l’ensemble des partis, et SolarCoin permet ainsi le suivi de la production sur un protocole commun entre tous les acteurs du réseau.

C’est le nombre de participants dans la monnaie SolarCoin qui est amené à lui donner de la valeur. Ainsi après un test de 600 installations dans 23 pays, l’objectif de SolarCoin est de parvenir à un 1 million d’installations recensées, ce qui nourrira la demande pour cette monnaie.
Le SolarCoin est désormais intégré sur des plateformes de financement de la production d’électricité verte telles que Lumo, qui est intervenu dans le BBD Energy #2. On pourrait imaginer que des services de maintenance soient bientôt facturés également en SolarCoins.

energie transition energetique energie verte collaborative

Et pourquoi pas payer Enercoop en Solarcoin ?

Enercoop travaille en effet actuellement sur le sujet des monnaies alternatives. On voit l’émergence de nombreuses monnaies locales, par exemple, et la demande pour des transactions dans celles-ci est remarquée. Cela reste compliqué à mettre en place car il existe de nombreuses monnaies différentes. Mais, philosophiquement, cette approche correspond aux valeurs d’Enercoop, qui, depuis ses débuts, a intégré à la fois les besoins d’autoconsommation et de vente du surplus.
Enercoop travaille également de plus en plus sur l’autoconsommation collective, par exemple avec l’installation pour Biocoop et Chronopost de plateformes solaires avec revente au niveau local.

Ne manquez pas nos prochaines rencontres !

  • Le 15 décembre, Yann Person, CEO de la startup EP (énergie perspective) & Jean-Bernard Sers, Directeur du Développement Smart Grid Smart Cities & IOT de Bouygues Energies et Services viendront aborder le sujet de la transition de l’énergie de l’industrie aux services lors du BBD Energy #4 : L’énergie, industrie ou service ?

 

Partagez :

Partagez :