#FounderStories – Adam D’Angelo, fondateur et CEO de Quora

Discrète, confiante dans la qualité de son produit, Quora a pour mission d'accroître et de partager le savoir disponible dans le monde. Reçu chez NUMA pour une Founder Story, son fondateur et CEO Adam D'Angelo, ancien CTO de Facebook, est revenu sur son histoire et a partagé ses réflexions sur l'importance de se donner une mission ambitieuse.

FounderStory NUMA - Adam D'Angelo, CEO de Quora

Les Q&A comme modèle d’acquisition et de diffusion du savoir

Si vous cherchez à connaître la structure chimique d’une molécule, le nombre d’habitants des Philippines, la date de naissance de Marie-Antoinette, de nombreux sites peuvent vous apporter la réponse et le faire rapidement. Le plus connu d’entre eux, Wikipedia – littéralement : du savoir (encyclopédique) rapidement accessible, wiki signifiant vite, en hawaïen – permet ainsi à plusieurs centaines de millions de personnes d’accéder gratuitement, en permanence et où qu’ils soient, à un savoir à peu près sans limite.

Qu’en est-il, pourtant, si vos questions sont plus particulières ? Faut-il garder le subjonctif dans la langue française ? Faut-il mettre de la crème fraîche dans une sauce carbonara ? Est-il plus facile d’être un homme ou une femme ? Pour ces questions et pour tant d’autres, Wikipedia demeure sans voix. Parce sa structure est celle d’une encyclopédie, qui répertorie le savoir établi sur des sujets répertoriés isolément (le subjonctif, le genre, les Philippines, Marie-Antoinette), Wikipedia ne peut répondre aux questions plus imprévisibles ou plus particulières qui forment pourtant la part prépondérante du questionnement humain.

Quora – alias Question or Answer – se donne pour mission de partager et d’accroître le savoir disponible dans le monde en s’appuyant sur le modèle, plus évolutif, plus ludique et plus propice à la construction dialogique du savoir, des Questions et Réponses. Son fondateur et CEO, Adam D’Angelo, résume ainsi la raison d’être du projet :

Unless you know someone around you with an answer to a particular question, most of the time you won’t get that answer. There is plenty of knowledge on the Internet, but there is a lot more in people’s heads. On Quora, you can ask any question you have, and someone else will try to answer it.

Comment savoir si les réponses sont bonnes ?

Le savoir disponible gratuitement sur Internet est aujourd’hui sans limite, avec une seule mais importante réserve : celle de la qualité. Les repères manquent pour évaluer sa véracité, pour distinguer le vrai du faux. Les rumeurs, théories du complot, contre-vérités peuvent ainsi se frayer de larges voies dans un univers où – et fort heureusement – aucune autorité de contrôle ne censure l’expression de centaines, de milliers et millions d’internautes.

Qu’en est-il sur Quora ? Lorsqu’une question est publiée, les Quorans qui savent, pensent savoir, veulent s’exprimer ou simplement proposer une idée sont invités à publier une réponse. En fonction des votes des utilisateurs, ces réponses sont ensuite ordonnées de la plus à la moins pertinente. Les spécialistes d’un sujet pourront ainsi apporter, de deux façons, leur pierre à l’édifice : en votant pour les réponses qui sont justes, ou bien en rédigeant eux-mêmes la réponse qu’ils estiment pertinente.

Mais l’objectivité – si elle est possible – n’est pas toujours la pierre de touche des discussions qui ont lieu sur Quora. Parmi ceux qui répondent, on trouvera savants et ignorants, sceptiques et doctrinaires, romanciers, politiciens, artistes, complotistes, scientifiques, exaltés. Ici comme ailleurs, toutes les voix peuvent s’exprimer et elles peuvent être lues. Si l’équipe de Quora a mis en place différents mécanismes de modération, elle ne cherche pas toutefois – ici encore, heureusement – à contrôler les contenus échangés. L’équipe entend laisser ainsi la part belle à la curiosité, au divertissement et aux incertitudes qui dirigent la recherche du savoir.

We’re totally fine with the idea that some answers which are not scientific can be upvoted and rank first. It is not up to us to decide the criteria which are in use.

Le décentrement de Quora par rapport à l’idéal encyclopédique, celui d’un point de vue universel, est précisément ce qui permet la discussion des questions les plus ouvertes et même parfois les plus originales. Sur la version anglaise, en ligne depuis suffisamment longtemps, on se demandera par exemple s’il est normal de parler tout seul ; si l’amour est une illusion ; ce qui rend un individu singulier ; mais aussi quels sont les points communs entre une souris et un rat, ou encore s’il est théoriquement possible de voyager dans le temps.

Adam D'Angelo chez NUMA

Invité lors d’une Founder Story pour discuter avec les entrepreneurs de NUMA, Adam D’Angelo est revenu sur son parcours.

Qui est Adam D’Angelo ?

Adam D’Angelo a fait ses études secondaires au début des années 2000 à la Phillips Exeter Academy dans le New Hampshire. L’école est l’une des boarding schools les plus élitistes et prestigieuses des Etats-Unis. Elle est surtout connue pour sa pratique d’une pédagogie développée au début du XXème siècle par le philanthrope Edward Harkness, et qui consiste à asseoir les élèves autour d’une table pour qu’ils discutent librement, en limitant autant que possible l’intervention professorale. Au cours de sa scolarité à Exeter, Adam D’Angelo rencontre Mark Zuckerberg

Facebook

Adam D’Angelo rejoint alors Caltech en Californie. Il y développe notamment l’application BuddyZoo qui permet à ses utilisateurs d’uploader leurs contacts AIM (AOL Instant Messenger, l’application de messagerie instantanée la plus populaire à l’époque) et de les comparer aux contacts des autres utilisateurs. Pendant ce temps, Mark Zuckerberg a rejoint Harvard et lancé Facebook en février 2004. Adam d’Angelo est l’un des premiers ingénieurs qu’il pense à associer. Quelques mois plus tard, l’équipe est rassemblée et D’Angelo devient son CTO. Il le demeure pendant près de quatre ans avant de quitter Facebook en 2008 – et de fonder Quora.

Le modèle

Né en Californie, Quora a un luxe que peu de startups françaises peuvent se permettre : développer son produit pendant plusieurs années sans générer aucun revenu ou presque. Discrète, confiante dans la simplicité de ses interfaces, Quora vient de lever 85 millions de dollars, sa quatrième levée de fonds depuis sa création en 2009. L’équipe compte 190 collaborateurs et a développé la meilleure expérience de Q&A qui existe à ce jour.

Le modèle économique sur lequel Quora fonde ses projections est très proche de celui de Google AdWords. Les annonceurs choisissent les Q&A sur lesquelles ils voudraient promouvoir un produit, puis paient Quora pour l’affichage. L’insertion de ces publicités dans l’espace d’une question et de ses réponses permet de capter l’attention des visiteurs au moment opportun. Les annonceurs paient ainsi plus cher, tandis que les utilisateurs ne souffrent pas de publicités intrusives, sans rapport avec leur objet d’intérêt actuel.

More and more people say that business models based on advertisement are broke, but I think it’s misleading. If your product is good enough so that it gets a large audience, then advertising is a good way of making your business grow.

La contenu des annonces, adapté (qualitativement) au texte sur la page, doit détériorer aussi peu que possible l’expérience sur le site.

Quora en français

Quora compte aujourd’hui 190 millions de visiteurs uniques par mois  dans le monde et vient d’introduire une version francophone. 

Inscription iciMerci Adam !

Partagez :

Partagez :