#FounderStories : Alexandre Malsch, Founder & CEO de meltygroup

Reçu lors d'une Founder Story destinée aux start-ups du programme d'accélération NUMA, Alexandre Malsch a résumé ses 16 ans d'expérience à la tête de melty en 5 conseils.

 

alexandre-malsch-melty-conseils-startups
Les chiffres clés de meltygroup (click to tweet)

L’histoire d’Alexandre Malsch, tout le monde la connaît: un ado de 15 ans qui créé melty, le site qu’il aimerait lire mais qui n’existe pas…

…puis qui connaît des montagnes russes intenses, avant de lever 10,5 millions et de s’imposer comme le 1er groupe média jeune grâce à une technologie prédictive des futures actualités. 16 ans plus tard, Alexandre Malsch est toujours aussi accroché : melty, c’est “son bébé” et il a de beaux jours devant lui.

capture-decran-2016-09-21-a-15-09-03
Alexandre Malsch, fondateur et CEO de Melty (click to tweet)

Voici les 5 conseils qu’il a à donner aux jeunes entrepreneurs, lors d’une Founder Story en tête à tête avec les start-ups du programme d’accélération NUMA

1. “Cultivez la soif d’apprendre de vos employés.”

Passionné et perfectionniste, Alexandre Malsch privilégie l’honnêteté dès le recrutement: rejoindre melty, c’est rejoindre une entreprise hyper-incarnée, une aventure très exigeante qui apporte autant qu’elle demande.

Cette réciprocité est un deal. Toutefois, il faut être réaliste: s’il arrive un jour que la soif d’apprendre faiblisse, alors il vaut mieux partir, apporter tout ce que l’on a appris ailleurs et retrouver ce désir, quitte à revenir ensuite fort de cette nouvelle expérience.

conseil alexandre malsh start-ups comment monter sa boîte
Conseil #1 (click to tweet)

2. “Acceptez d’évoluer… et de lâcher votre obsession du contrôle.”  

Alexandre ayant passé le cap des 30 ans, il n’a pourtant pas perdu les codes de la nouvelle “youth culture” qu’il cherche à cimenter.  Comment continue-t-il à rester en lien avec sa cible?

Encore une fois, en étant très rationnel. Certes, il y a la peur de ne plus gérer et le besoin de prendre du recul, mais avoir évolué est une excellente chose: il faut accepter de se positionner désormais en grand frère de ses interlocuteurs, écouter, prendre des notes et s’améliorer.

capture-decran-2016-09-21-a-15-23-30
Conseil #2 (click to tweet)

3. “Ce n’est pas parce que vous avez créé la boîte que vous savez gérer la boîte.” 

Il aura fallu de l’expérience à Alexandre Malsch pour renoncer à tout gérer lui-même, mais il est aujourd’hui un “militant pro-DG”. Une start-up qui croît répond à la métaphore du navire.

Le DG en est le véritable capitaine, celui qui le fait avancer et dont il choisit le chemin. Le CEO en est l’amiral dans la loge, qui donne la direction. L’amiral dit vers où, horizon 2 ou 3 ans; le DG dit comment, à horizon immédiat. 

Il est très important donc de choisir quelqu’un en qui on a confiance et qui partage sa vision. Il est généralement utile de s’associer au DG.

capture-decran-2016-09-21-a-15-28-04
Conseil #2 (click to tweet)

4. “A chaque taille de start-up, son cadre dirigeant.”  

Il y a différents types de compétences nécessaires pour faire grandir une entreprise. Certaines personnes sont excellentes dans des structures de 1 à 30 personnes, d’autres de 30 à 100, d’autres de 100 à 200.

C’est une leçon très dure à accepter, mais il faut savoir qu’à force de grandir, vous aurez besoin de seniorisationet donc de gérer des problèmes délicats d’ego et de positions de personnes. A l’inverse, ne cherchez pas impérativement à transformer un technicien en manager-gestionnaire : il n’y a rien de pire pour casser un talent.

capture-decran-2016-09-21-a-15-31-57
Conseil #4 (click to tweet)

5. “Préparez-vous aux traversées du désert… et continuez à y croire.”  

Comme Alexandre l’écrit dans son livre: “Il était une fois melty”, l’aventure melty a plus d’une fois été au bord du gouffre avant de connaître un rebond formidable. Alexandre est revenu sur sa période de traversée du désert, qui a duré 4 ans. Et 4 ans… c’est long.

Comment a-t-il réussi à tenir ?

Parce qu’il croyait en son produit, en ses équipes, et qu’il a accepté de se planter pour progresser. La culture de l’échec permanent est une valeur fondamentale de melty, de même que celle du bilan, du feedback, de l’entraide, du partage.

Autre facteur de réussite qui revient très souvent lors des Founder Stories : faîtes du sportComme Sébastien de Lafond, Alexandre Malsch insiste : c’est sa découverte du surf qui l’aura rendu capable d’absorber les sacrées baffes qu’il s’est prises en 16 ans.

Conseil #5 (click to tweet)
Conseil #5 (click to tweet)

Les 5 conseils d’Alexandre Malsch, CEO @meltygroup, aux jeunes entrepreneurs :

Partagez ses conseils ! 

Les 5 conseils d’Alexandre Malsh, founder & CEO de meltygroup, aux jeunes start-ups (click to tweet)

Si comme Alexandre, vous croyez en votre startup et voulez tout faire pour lui donner les meilleures chances de réussir, postulez au Programme d’Accélération NUMA !

Apply NOW at NUMA Acceleration Program

Merci Alexandre pour ta collaboration, vive melty !

Retrouvez toutes nos Founder Stories ici :

founder-stories_logo

Partagez :

Partagez :