[LE CRASH TEST] SYOS, l’impression 3D au service des musiciens

Chaque semaine, Le Figaro, l'accélérateur NUMA et le cabinet de conseil Taddeo proposent le «Crash Test», une émission startup dans laquelle les jeunes entreprises du Web viennent défendre leur projet. Cette semaine, SYOS, Alumni Saison 9, qui réalise des becs de saxophone et de clarinette personnalisés selon les habitudes des musiciens.

Syos est une start-up française qui met l’impression 3D au service des musiciens. Elle réalise des becs de clarinette et de saxophone. Ces derniers sont adaptés aux habitudes du propriétaire de l’instrument, qu’il soit soprano, alto ou ténor, et le son recherché. Vendus moins de 300 euros avec des ajustements illimités, les becs Syos sont disponibles en sept couleurs.

Plusieurs grands noms du jazz ont déjà choisi de travailler avec Syos, dont Thomas de Pourquery et Sylvain Rifflet, Victoires de la Musique, et Chris Bullock des Snarky Puppy.

Pauline Eveno, cofondatrice de Syos, a réalisé sa thèse à l’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique Musique) et a étudié le comportement acoustique des becs de saxophone à l’université McGill de Montréal. Elle répond aux questions d’Eric Perez, chercheur au CNRS.

Vous avez aimé l’émission ? Vous aimerez aussi :

CRASH TEST ÉMISSION STARTUP START-UP

Partagez :

Partagez :