Welcome to L0W C1TY !

Penser, faire et montrer une Smart City Low Tech (compte-rendu).

Initié par NUMA et le designer Geoffrey Dorne, auteur de Hacker Citizen, L0W C1TY explore ce qu’est et pourrait être une ville intelligente low tech.

Inscrivez-vous au prochain événement le 16 mars. 

Quoi ? Un cycle d’événements pour penser, faire et montrer collectivement une ville intelligente portée par ses citoyens.

Pourquoi ? Parce que le prisme hypertechnologique de la Smart City n’est pas l’unique modèle de développement urbain, parce que les citoyens manquent d’emprise sur les jeux de données et les modèles statistiques utilisés pour les gouverner, parce qu’il existe d’innombrable façons de concevoir l’espace urbain et de s’y insérer.

Pour qui ? Ce cycle d’événement est ouvert à tous. Designers, architectes & urbanistes, agences de communication, cuisinier, professeur, ancien élu, journalistes, porteurs de projets, les deux premiers ateliers L0W C1TY ont accueilli des acteurs divers qui travaillent les usages de la ville au quotidien. Les prochains événements ont vocation à s’ouvrir à un public encore plus large et plus nombreux.

Comment ? 

  • Un 1er temps pour discuter collectivement de thématiques et de projets autour d’une Smart City Low Tech. 
  • Un 2ème temps pour faire, créer des projets que tout un chacun pourra s’approprier.
  • Un 3ème temps pour montrer et documenter ces projets.
  • Un 4ème temps pour imaginer collectivement la suite.

Le compte-rendu du premier atelier est ici. Le second atelier, dont le compte-rendu est ci-dessous, a permis de prolonger et de préciser les thématiques initiées. Le prochain événement aura lieu le 16 mars. Dernier du 1er temps, il aura pour but de développer des projets qui seront fabriqués lors d’une prochaine session. 

Des exemples de projets

Hacking 

Thèmes : hacks ; détournement ; hasards

Brainstorming : De quelle méthodologie partir pour développer des idées de hacks urbains ?

Échelle d’intervention : Le groupe s’est concentré sur les transports en commun et le métro (station + rames).

Questions / objectifs : Beaucoup de gens voient ces espaces comme des lieux fonctionnels. Comment créer du lien social, surprendre, créer une interaction avec un dispositif et entre des personnes ?  

Mode d’intervention : Introduire du contenu en mode hacking. Créer des dispositifs peu chers, faciles à mettre en place et relativement résistants. Les contenus peuvent être des textes, des dessins… Quels autres types de contenus ?

  • Bandes de scotchs avec des accroches de textes qui invitent à écrire.
  • Coller de grandes feuilles blanches à l’extérieur des fenêtres du métro. Surface blanche avec une vitre à l’intérieur. Tableau blanc sur lequel on peut intervenir.
  • Début de dessin à continuer.
  • Systèmes pour accrocher ou coller des objets dans la rame pour, par exemple, prendre des livres ou en mettre.

+ Idée de flashmob : donner des outils pour permettre aux gens de participer à des performances.

TO DO :

  • Explorer les espaces en “pensant interventions” (failles, espaces vacants → facilement appropriables).
  • Lister différents types de contenus.

Ressources :

Internet local & Low Tech

Thèmes : data ; open data ; Internet ; connexion / déconnexion / peer to peer

Brainstorming : Reprise du projet de PirateBox de la session n°1 transformé en Métro Box.

Echelle d’intervention : Un réseau très localisé : immeuble / quartier.

Questions / objectifs : Quelles solutions techniques déployer pour favoriser les échanges au sein de lieux de passages récurrents ?

Propositions d’actions : La PirateBox est un routeur à 10 euros qui permet de recréer un réseau local. Le point de départ pourrait être une interface de chat minimaliste invitant au partage de fichiers. Ce projet permettrait de partager la même chose au même moment plutôt que de rester sur un usage individuel -> circuit court de peer-to-peer.

TO DO

  • Lister des contenus produits localement adaptés aux usagers des transports en commun.
  • Comment documenter, valoriser et inviter les gens à participer ?
  • Penser à des manières d’amener les gens à se connecter à la PirateBox (via une intervention physique : pirate ou pas).
  • Intégrer le problème des fichiers corrompus qui peuvent être installés sur les PirateBox. Si cela pose la question de la responsabilité des personnes qui installent ce type de système, il existe aussi des logiciels OpenSource pour sécuriser les box (exemple : CIRCLean).

Ressources :

Fabriquer dans la ville 

Thèmes : réappropriation ; espace public ; appropriation numérique ; économie circulaire ; fabrication ; convergence

Brainstorming :

  • Quelles méthodologies permettent aux acteurs d’un territoire (habitants, décideurs publics, établissements universitaires, artisans, makers) de travailler ensemble pour fabriquer dans la ville ?
  • Comment valoriser les démarches existantes, les faire découvrir, créer de nouvelles synergies entre des lieux de fabrication et les acteurs d’un territoire ?
  • Comment bien documenter ces démarches et les partager avec pour but d’inciter les gens à agir ?
  • Comment travailler ensemble tout simplement et arriver à converger vers des projets de réaménagement d’un territoire, traitement des déchets, création de mobilier urbain etc ?
  • Sur quels réseaux s’appuyer ? Avec quels réseaux interagir ?

Questions / objectifs : Comment valoriser les démarches existantes ?

Propositions d’actions :

  • Signalétique : expérimenter une cartographie physique des lieux de création (fablab, maison d’artisans…) en traçant des lignes à la craie ou des parcours d’une école à un lieu de fabrication.
  • Trouver des méthodes pour cartographier les parties prenantes, les mettre en commun et les faire connaître.

TO DO :

  • Définir l’échelle et/ou penser à l’usage en fonction de plusieurs échelles (rue, quartier…) en ayant à l’esprit la volonté de réduire le clivage Paris-Banlieue
  • Travailler la signalétique. Exemple de parcours à la craie d’une école à un Fablab. A l’échelle d’une rue ou d’un quartier. Vérifier ce qui se fait, ce qui peut être fait et faire connaître une signalétique que tout le monde pourrait s’approprier ?

Ressources :

Concertation

Thèmes : participation ; collectif ; partage / participatif ; résilience ; non-institutionnel / bottom-up

Brainstorming :

  • Quels modes de concertation continus, locaux et dématérialisés ?
  • Quels moyens low tech pour alerter sur des événements ?
  • Comment peut-on continuer à donner sa voix au fur et à mesure d’un mandat ?

Questions / objectifs : Imaginer un système de recueil de la satisfaction local et continu.

Propositions d’actions :

Fabriquer des boîtes pour recueillir des opinions, jauger et tester des idées de projets (analogie avec le crowdfunding). Et pourquoi pas instaurer un système où, à partir d’un certain nombre de personnes, ça passe au conseil municipal ?

Lobbying citoyen. Rendre ça tangible en évitant le côté ghettoïsation technologique. Entendre d’autres gens que par les moyens exclusivement technologiques. Ce genre de boîte pourrait être installé à Beaumont sur Oise…

Cela engage les gens, qui seront plus facilement au courant.

Ca peut être des projets qui ne seront pas forcément portés par la municipalité, mais à une micro-échelle, celle d’un quartier ou même d’un immeuble. Exemples d’usages :

  • En tant que proprio / syndic je veux savoir si des gens sont intéressés à repeindre la cage d’escalier; si j’ai au moins 50% des gens qui veulent je commence à le faire, sinon j’abandonne.
  • Installer des boîtes à tips dans la bars. Rendre très visible des questions ? On peut les décliner à l’infini.

TO DO : Répondre aux questions :

  • Qui se charge du dépouillement ?
  • Comment médiatise-t-on les réponses ?

Ressources :

 

Partagez :

Partagez :